Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MangeBulles65
  • MangeBulles65
  • : Amateurs, lecteurs, dévoreurs ou collectionneurs de BD, comics, mangas, para-BD... que nous souhaitons promouvoir dans le 65 !
  • Contact

Infos Asso

Prochaine réunion
mercredi 19 mars 2014
thème : vinyl

Evénements

22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 08:13

Découverte en traînant dans les rayons d'une librairie, une "BD-spectacle" que j'ai offerte à l'un de mes garçons, grand ado.

undefined

Un format à l'italienne, de larges pages glacées où dominent le noir, des couleurs sombres ou grisées, et qui donnent à cette BD un aspect froid, stylé, presque conventionnel. Et tout à coup, des rouges, des orangés, des jaunes d'or qui clashent et vous agressent !!

Le dessin : des paysages évoqués, pris dans un brouillard, des détails précis, fouillés comme dans le travail des costumes japonais d'époque ; des mises en scène recherchées, comme ces deux soldats qui gardent la salle du trône et que l'on distingue à peine - vert sombre sur noir ; des scènes de bataille sur deux/trois pages, sans que jamais on s'en lasse...

Et je vous laisse découvrir le travail des cases ! Aucune page ne présente la même configuration : en longueur, en hauteur, à mi-page, en bande pleine, déboitée, hachée... l'oeil n'est jamais au repos, mais sans cesse bousculé, happé, interpellé.

La voie du Samouraï, une trilogie de Ron Marz et Bart Sears.
Une histoire entre réalité et fiction, épopée japonaise et histoire de clans, où divinités et intrigues des courtisans se mêlent dans la quête du pouvoir.

Repost 0
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 18:43

Le 29ème Mai du Livre, organisé par la Ligue de l’Enseignement, Fédération des Œuvres Laïques des Hautes-Pyrénées, a pour thème cette année « les Espagnes ». Dans ce cadre elle a organisé, ce lundi 14, une rencontre autour de deux auteurs de BD. José Cubéro, historien, spécialiste de la guerre d’Espagne et de l’histoire de ses exilés l’animait avec finesse et efficacité.

undefined 

Ribera, Cubero et Loth

 Elle nous a permis d’entendre Julio Ribera, 80 ans, grand professionnel et plein d’humour, s’exprimer sur sa trilogie autobiographique (Montserrat, Jeunesse Bafouée, Paris Liberté), sa guerre d’Espagne et son exil en France, les raisons de ces albums et l’hommage qu’il rendait à son éditeur, Bamboo, à l’évidence en dehors de sa ligne éditoriale originale, qui lui avait déclaré que c’était un honneur de les publier.

undefined
A côté de lui Bruno Loth, la moitié de son âge, nous présentait sa guerre d’Espagne. Celle qu’il a réécrite, à l’écoute de son histoire familiale et de celle de son beau-père, dans les aventures d’Ermo. A noter l’aventure osée et courageuse de cet auteur qui a choisi l’autoédition, et qui nous livre des albums qui avant d’être de belles histoires sont de belle qualité technique.

 undefined

 

C’est à la fin de cette rencontre que l’association Mange Bulles 65 a présenté l’affiche, réalisée par Julio Ribéra, de la première Convention de Bandes Dessinées qu’ils organisent les 29 et 30 septembre 2007 à Bagnères de Bigorre.

 

Repost 0
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 20:08

La différence entre le grand distributeur de produits culturels et votre libraire préféré de proximité ?

Touchez un album, soulevez à peine la couverture… 

« Tu ne connais pas ? C’est excellent ! » Suivi de quelques commentaires argumentés.

Fort du conseil vous tournez une page et là une vignette. Dialogue entre la mère et son fils :

- Et tu vas où, exactement ?

-  Réviser à la bibliothèque !..

-  (silence de la mère).............

-  Bon OK ! Je vais faire peur à la France avec les copains…

 

undefined

Un humour destructeur, empilé délicatement sur plusieurs degrés soutenus par un dessin vif et décalé. Si rare. Pas d’hésitation. J’achète. Rare que j’attaque une série sans avoir lu le tome I !

Je n’en dirai pas beaucoup plus. Ce livre est une jubilation permanente. C’est l’histoire d’une sorte de Titeuf des banlieues (il y a beaucoup de références et d’allusions dans cet album) qui « survit » dans une ZEP ! Tout défile, de la cité au retour à la terre, des cyniques grands frères aux produits bios dégradés, du rap au folk,  du racisme ordinaire aux OGM. Un condensé d’images reçues, passé à la moulinette de l’humour et du dessin du talentueux Larcenet.

Tout ceci n’est pas sans rappelé au lecteur plus que quadra que je suis la grande époque de l’humour décalé et décapant des Yann, Conrad, Hardy et Lucie des années 80,  se révélant dans  Spirou avec les célèbres Hauts de Page, et à peine quelques temps plus tard avec les Innommables, Bob Marone, la Patrouille des libellules…. D’ailleurs n’y a-t-il pas dans  la couverture de La France a Peur, avec son T-Rex, un petit clin d’œil à celle du tome 2 de Bob Marone ?

La France a Peur de Nic Oumouk une Lecture d’Intérêt Général !

Repost 0
Published by Eric N. - dans Coups de coeur BD
commenter cet article
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 20:12

Voici les dates et les événements à prévoir pour le joli mois de mai :

- Le samedi 5 mai (14h - 19h) et le dimanche 6 mai 2007 (10h-13h), Serge recevra à la librairie CIRE et BRENARD, auteurs de "Tout sur Sarko".

 

- Aux mêmes dates, à la Halle Marcadieu, se déroulera le 6e festival BD de Tarbes (infos sur OpaleBD)

 

- Le vendredi 11 mai, de 14h à 19h, MORGANN dédicacera "L'ivresse des Fantômes" à la librairie (*)

 

- Le samedi 26 mai, à la salle de concert de La Gespe, JOHN LANG et le NAHEULBAND dédicaceront les BD "Le donjon de Naheulbeuk" ainsi que leurs deux CD de 17h à 19h. A 21h, concert du NAHEULBAND (entrée gratuite pour ceux qui viennent déguisés sur le thème Héroïc Fantasy !! )

 

- Le vendredi 1er juin, de 14h à 19h, double dédicace de Patricia LYFOUNG pour "La rose écarlate" et de Philippe OGAKI pour "Les guerriers du silence" à la librairie (*)

 

(*) Pour ces deux événements, Serge propose d'organiser un repas avec les auteurs présents. Si vous êtes intéressés, contactez la librairie. Par contre, les repas sont payables à l'avance, vue la quantité de désistements sans préavis la dernière fois :/ 

 

Repost 0
19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 20:02

Je croyais que le blog devait être un lieu d'échanges ? Où êtes-vous passés amis du Mangebulles ?

Puisque presque personne ne semble vouloir jouer avec les mots, permettez que j'improvise et, sans demander l'autorisation aux auteurs (s'ils avaient connu mon projet, me l'auraient-ils accordée ?) que je me glisse dans leur bande dessinée... Et tant pis pour vous, lecteurs du Mangebulle, j'en abuse.... des mots et des rimes.

- "Un pour tous, tous pour un !
Permettez Messieurs, que je vous rejoigne"

- "Mais qui vous permet de troubler notre histoire ?
Je vous prie, Madame, de sortir de ces pages !
Si Masbou et Ayrolles ignorent cet outrage,
Moi, Don Lope , je refuse d'y croire !

-"Mais, Seigneur, une lame de plus n'est pas à dédaigner,
Pour délivrer Dame Hermine et la belle Séléné ! 
Je connais votre courage et votre fierté, 
Mais devant le danger, pourquoi me refuser ?
Pour la quête du trésor, je pourrai vous aider !

- "Me savoir secondé par une dame ! Vous divaguez, Madame, sortez !"

- "Et vous, Maître Raynal, en ma faveur, ne plaiderez-vous ?
Ne pourrais-je vous convaincre de m'admettre parmi vous ?"

-"Méfiez-vous, cher Armand, de cette péronnelle.
A tant parler, elle risque de nous embrouiller,
de tout emmêler et de tout mélanger !"

-"Ah ! Don Lope ! quand on me parle de Séléné...
Je ne suis plus moi-même !"

-"Reprenez-vous Armand, Vous divaguez !
Arrêtez de rêver, Venez plutôt m'aider !
Si nous la laissons faire, en plus de pérorer
Elle pourrait, tout à coup, se mettre à dessiner !
Imaginez la tête que vous aurez
Si, à la place de vos petites oreilles, des oreilles de lapin, elle vous gribouillait !"

-"Don Lope ! je vous prierai, du lapin, de ne pas critiquer les oreilles,
Rappelez-vous combien de fois, celles-ci nous ont sauvés !"

-"Pardonnez-moi, Eusèbe, c'est la faute de cette "jacassière"
qui se prend pour Jeanne d'Arc et veut tout régenter !"

-"Moi ? régenter ? Que nenni !
De la Terre à la Lune, j'ai suivi vos exploits
Et tandis que ces dames risquent mille trépas
Je vous sais perdus dans une mer de nuages.
Me voilà bien marrie de vous savoir si bas,
Je voudrais vous aider à vous sortir de là !

-"Grand merci, chère Madame,
A Masbou et Ayrolles, nous sommes tout dévoués ;
La suite de l'histoire la leur avons confiée.
Mais pour le huitième tome, il vous faut patienter,
Attendez là , Madame, nous allons arriver.
Le spectacle, c'est promis, va bientôt commencer
Car De Cape et de Crocs n'est pas terminé !"

Je demande humblement pardon aux auteurs d'avoir tenté de les plagier, mais je n'ai pas trouvé de meilleure façon de parler de leur BD.

BD où les héros se côtoient, se parlent, s'aiment et guerroient : le Loup, hidalgo jusqu'au bout des "ongles", qui ne peut s'abaisser à avouer son amour pour Dona Emeline, fière descendante d'Esméralda et de Carmen ; Seigneur Raynal, le Renard, qui, comme Lagardère, Cyrano ou d'Artagnan, se joue de l'épée en clamant des vers pour sa belle ; belle Séléné, soeur de l'Agnès de Molière, chaperonnée par un Celine-Arnolphe, tuteur avare et grincheux. N'oublions pas Eusèbe, petit lapin tout blanc, fidèle Figaro-Scapin, condamné aux galères pour avoir... mais là  est le mystère !

Et cette multitude de personnages, atypiques, truculents, hauts en couleurs, sortis tout droit de l'histoire et de l'imagination, jeune roi-Soleil et sa cour, Barbe-Noire, vaisseau hollandais, gringalet blondinet, monsieur Mouche ; ces centaines de figurants, aux trognes toutes différentes, sympathiques ou patibulaires, une kyrielle de décors, des situations burlesques et cocasses, où tous les personnages s'épient, se cherchent, se fuient et se retrouvent. Mille détails, dans le dessin, les couleurs et l'écriture à découvrir et à savourer... ! Et ne craignez rien du mélange hommes/animaux, c'est vraiment
extraordinaire ! Du rire, du théâtre et du cinéma dans la BD, un hommage à la langue française... De quoi se lécher les babines !

... et merci aux "Mangebulliens" qui sont arrivés à  me lire jusqu'au bout (mais dépêchez-vous de me remplacer sur les pages du blog, je crois que je commence à disfonctionner !)

Edith.

Repost 0
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 20:04

"A Kate, la plus merveilleuse des comètes qui traversa ma vie".

C'est ainsi que Flip a dédicacé cette toute petite BD de 21 sur 15 cm ; mais 36 pages d'émotions fortes, palpables, prises sur le vif. C'est pour cette raison que ce petit recueil fait partie des BDs qui me tiennent à coeur.
L'histoire : la rencontre d'un homme et d'une femme, un lapin qui traverse la route, un banal accident de la circulation. Un "road-movie", façon "les choses de la vie" de Claude Sautet, où passé et présent, sur terre et dans l'au-delà, se mélangent tout au long des cases. Elle, espiègle et enjôleuse ; lui "tout en gueule" et maladroit, comme l'ado qu'il redevient en lisant sa première lettre d'amour.

undefined

Et pour accompagner cette si touchante histoire, le dessin d'Efix, noir et blanc, tout simple, tout rond avec une Kate, dont les mimiques pétillent de vie, un lapin rigolo, digne d'un dessin animé....

"Dis K... Tu me racontes ton histoire ?"

Repost 0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 17:13

Nous avons eu dans les années 70-80 un âge d’or de la BD de Western. Chaque magazine, chaque éditeur avaient leurs pionniers qui nous défrichaient l’Ouest, chacun selon leur style. Blueberry, Mac Coy, Buddy Longway, Commanche, Durango…

 

Parmi eux il y avait aussi  un Indian Lover, Jonathan Cartland, original, sans doute parce que son scénariste était une femme, original parce qu’il introduisait dans ses histoires des thèmes proches du romantisme littéraire du XIXème siècle (comme La rivière du vent) allant même jusqu’à utiliser et citer Baudelaire dans la trame d’un album (Les Survivants de l’ombre, meilleur album à Angoulême en 1988 : les temps changent). Ces histoires étaient soutenues par l’extraordinaire dessin de Michel Blanc-Dumont. Si aujourd’hui la série originelle est arrêtée, on retrouve le trait flamboyant du dessinateur dans La jeunesse de Blueberry que celui-ci a repris depuis quelques albums.

undefined 

Pour vous rendre compte du travail, allez jeter un œil à l’exposition de planches originales que nous propose l’Office du Tourisme de  Tarbes, ce mois-ci. Des planches en noir et blanc, quelques couleurs, des dessins : du Blueberry et du Jonathan Cartland. Regardez les perspectives, les cadrages, la composition des plans, l’insertion des personnages dans une vignette. Bref,  on en ressort épaté, avec l’envie de relire l’intégrale…et impatient de la prochaine récolte de myrtille !

undefined 

Le petit jeu : retrouver les quelques planches de Cartland au milieu des Blueberry !

Repost 0
Published by Eric N. - dans Expositions
commenter cet article
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 20:15

Colette et Edith continuent de travailler sur le projet d'exposition en partenariat avec Amnesty International. Elles cherchent des albums d'où l'on pourrait extraire des images traitant des Droits de l'Homme.  Voici la liste qu'elles ont constituée. Si vous avez d'autres titres à proposer, faites passer, je transmettrai...

A.-D. Grand-Rivière par Bollée / Al Coutelis ; Amérikkka par Otéro / Martin

Amour fragile par Beuriot / Richelle ; Azrayen par Lax / Giroud

Big Bill est mort par Antunès / Taborda ; Buddy Longway par Derib

Carême par Bec / Mottura ; Carton jaune par Daeninck / Hanouka

Chinaman par Le Tendre / Taduc ; Décalogue (5) par Giroud / Rocco

Gen d'Hiroshima par Nakazawa ; India dreams (3) par Charles / Charles

Jonas Fink par Giardino ; la 27ième lettre par Will / Desberg

la bulle de Bertold par Agrimbau / Ippoliti ; la fille aux ibis par Lax / Giroud

le bouddha d'azur par Cosey ; le lys noir par Goepfert

le rythme du coeur par Zezelj ; l'écharde par Duvivier / Giroud

l'envolée sauvage par Galadon / Monin ; les cris de Norsto par Vanloffelt / Ronzon

les passagers du vent par / Bourgeon ; les pionniers du Nouveau-Monde par Charles / Charles

les rêves de Milton par Maël /Féjard / Ricard ; Le sourire du clown par Brunschwing et Harin

Maus par Spiegelman ; Max Friedman par Giardino

Minuit à Rhodes par / Béhé / Boisset ; Miss par Thirault / Roux / Vigouroux

Monroë par Turabasco ; Mourir au Paradis par Christin / Mounier

Muchacho par Lepage ; Myrkos par Kraehn / Miguel

Partie de chasse par Bilal / Christin ; Péma Ping par Bess

Red road par Dérib ; Rosangella par Berlion / Corbeyran

Rwanda 1994 par Masioni / Grenier / Ralph ; Soupe froide par Masson

Sarajevo Tango par Hermann ; SOS-Bonheur par Griffo et Van Hamme

Un peu de fumée bleue par Pellejero et Lapière ; Yossef par Joe Kubert

Gusgus par Durieux et Englebert ; Le grand pouvoir du Chinkel par Rosinski et Van Hamme

Notes pour une histoire de guerre par Gipi ; V pour Vandetta par Moore et Lloyd

Auschwitz par Crocci ; Rire contre le racisme par Collectif

Black Sad par Canalès et Guardino (tome 2) ; Persepolis par Satrapi

Aquablue par Cailleteau et Vatine (tome 1) ; Sillage par Morvan et Buchet (tome 5)

L'eau et la terre : Cambodge 75-79 par Séra ; Palestine par Sacco

Soba par Sacco ; Carnets d'Orient par Ferrandez (tome 7)

Bouclier humain par Masioni et Grenier ; Péché mortel de Béhé et Toff

Colombe et la horde de Simon Hureau ; Dieu n'a pas réponse à tout de Bénacquista et Barral

Paroles de parloirs, Collectif ; Un paradis distant de Antunès et Taborda

Alim le tanneur d'Augustin, Lupano et Penloup ; James Healer de Swolfs et De Vita

Sulis et Demi-Lune de Cadelo ; Le coeur en Islande de Makyo ; Jo de Dérib ; 

L'outremangeur de Ferrandez et Bénacquista ; Les oubliés d'Annam de Lax et Giroud

 

Repost 0
Published by Nixeb - dans Expositions
commenter cet article
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 10:36

Connaissez-vous Kokor ? Un dessinateur de BD, converti dans la musique, pour revenir à la BD !
Un grand échalas, des lunettes sur le nez, deux longs bras qu'il agite en tout sens (on dirait un oiseau qui chercherait à s'envoler). On l'a installé à une table, tout seul. Il a besoin de place : ses feuilles, ses crayons, des mouchoirs en papier, des noix (après le repas, il a suivi un petit chemin qui partait à travers la campagne et a ramassé des noix qu'il a rapportées), des BDs - les siennes et d'autres -...

 

Il parle, parle, un débit époustouflant ! Mais ne croyez pas qu'il s'écoute. Non, il vous pose des tas de questions, commente vos réponses, vous surprend.
 " Quelle est la dernière BD que vous avez lue et que vous avez aimée ?
- Les petits ruisseaux de Rabaté ".

Il se lève d'un seul coup, son grand corps se penche vers vous (presque le baisemain !), et il vous félicite pour votre choix (Monsieur Rabaté, vous avez au moins deux admirateurs !)... Puis s'excuse de vous avoir noirci la main : il dessine ses dédicaces avec un mouchoir en papier rempli d'encre noire. Vous devinez l'état... des doigts !


Tout ce petit laïus pour vous présenter une de ses BD : "Balade, balade" chez Vent d'Ouest, parce que je trouve que ses personnages, son scénario lui ressemblent.
undefined

Imaginez : la terre est à vendre et un personnage, venu de l'au-delà souhaite l'acquérir ; mais il souhaite tout d'abord la visiter. Et nous la parcourons, d'Est en Ouest, du Nord au Sud, en suivant l'acheteur et le promoteur, couple aussi dissemblable que le Don Quichotte et Sancho Pança de Leroux et Douay ou Martinien et Aimé du "Carême" de Bec et Mottura.

Et les humains, dans tout ça, que vont-ils devenir ? A quelle sauce vont-ils être mangés ? L'itinéraire est retransmis et écouté sur toutes les ondes, au quatre coins du monde. Tous gardent l'oreille collée sur le poste, suivent les commentaires du voyage et les péripéties de nos deux compagnons... surtout qu'un second acheteur se présente... Et, au milieu de cette tension qui monte, la vie continue : une grève de camionneurs, un accouchement qui s'annonce en plein milieu d'une partie de pêche (ouf ! le poisson a eu chaud !), un cambriolage dans un bar...

Bien sûr, tout s'explique à la fin : cette vente, ce "homti" venu d'une autre planète, c'est tout simplement... mais, non, je ne vous dévoilerai rien ! à vous de le découvrir !

"Balade, balade", une BD en noir et blanc, complètement loufoque (Kokor me confiait qu'il l'avait dessinée sans savoir ni où il allait, ni comment il la finirait). Ca peut paraitre sans queue ni tête, mais c'est un vrai bonheur ! Lisez-la , laissez-vous aller et suivez, vous aussi, les aventures de l'"homti" et de son guide.


Chapeau bas, Monsieur Kokor !

Repost 0
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 09:58

« Tout sur Sarko »  « censuré » au Festival BD de Tarbes et après…

  undefined

 Parce qu’il faut résumer. Deux auteurs tout d’abord officiellement invités par l’organisation du festival BD de Tarbes ; puis le président de cette organisation qui ne souhaite pas qu’ils viennent par crainte de polémiques (n’oublions pas ce hasard qui fait que l’on organise un festival le jour du deuxième tour des présidentielles). Une série d’articles dans la presse reprenant l’affaire, un dans la Nouvelle République des Pyrénées, puis trois dans la Dépêche du Midi Hautes-Pyrénées cette semaine. « Nous avons souhaité qu’ils différent leur venue ». Et puis maintenant ils pourraient revenir ! Ils seraient même accueillis avec grand plaisir ! Ah, la politique, son magnifique point de vue, et ses vastes et insondables étendues qui permettent les faciles demi-tours. Fin du résumé.

 Tout cela pour dire que cet épisode que l’on voudrait difficilement comme scénario de BD, à la limite pour un mauvais téléfilm si on réussissait à y glisser un ou deux personnages féminins, appelle à mon avis deux questions :

 La première. Il existe en France plus d’une centaine de Conventions ou Festivals autour de la BD. Autant de manifestations qui sollicitent la venue des dessinateurs, et nous savons tous que leurs déplacements et  leurs disponibilités ne sont pas illimités. Ce qui va motiver leur choix entre telle ou telle rencontre échappe souvent à des critères rationnels. On parlera de convivialité, d’image, de relationnel, d’amitiés… Il n’est donc pas bon que le festival de Tarbes traîne une telle casserole. « Tarbes, n’est-ce pas là où Brenard et Cire se sont fait exclure ? » En fait, je m’interroge simplement, et je m’inquiète « dans les deux sens » qu’aucun autre dessinateur ne réagisse à cette situation.

La seconde. Que se serait-il passé si le festival BD de Tarbes avait été organisé par une association de passionnés bénévoles ? Cette dernière question nous laisse imaginer de multiples réponses …

 Je n’ai pas parlé de liberté d’expression et d’opinion, les journalistes et une députée s’en sont mieux chargés que je n’aurais pu le faire. 
undefined

Saluons enfin la chaleureuse initiative de la librairie  le BD.Vore qui accueillera les « censurés » les jours même du festival.

 A vos commentaires.

 Eric N.

Repost 0